Conseils Techniques

Nos spécialistes sont à votre disposition pour vous conseiller au sujet des questions techniques concernant l’anodisation dure.

 

Considérations de conception de pièces pour Anodisation Dure:

  • SÉLECTION D’ALLIAGE D’ALUMINIUM
  • CHANGEMENT DIMENSIONNEL
  • FINITION SUPERFICIELLE: Polissage, grenaillage, vibré... Si la résistance à l’usure est critique, la finition superficielle préalable doit avoir la rugosité la plus basse possible.
  • POINTS DE CONTACT: Si la pièce exige une finition anodisée dure, il convient de prévoir de la conception, les points de contact électriques.
  • UNIFORMITÉ DE LA COUCHE: Évaluer la nécessité d’avoir une couche uniforme dans les trous et surfaces occluses.
  • BORDS ET ARÊTES: Éviter les arêtes et bords vives, car ses points peuvent faire sauter la couche anodique. La norme MIL-8625 F établit des limites d’un rayon minimal de courbure selon l’épaisseur de la couche:
    Épaisseur nominale de couche (mm)Rayons de courbure
    0.0254 0.793 mm.
    0.0508 1.587 mm.
    0.0762 2.381 mm.
    0.1016 3.175 mm.
  • AUGMENTATION DE LA RUGOSITÉ: augmentation de Ra en 0,3 à 0,6 (en fonction de l’alliage et l’épaisseur de couche)
  • SURFACES DE MASQUAGE: trous, filets, mise à terre...
  • AUTRES MÉTAUX: Inserts en acier ou autres métaux non-adonisables sont endommagés pendant l’anodisé si ceux-ci ne sont pas masqués d’auparavant.
  • MÉLANGE D’ALLIAGES: autant que possible on doit éviter le mélange d’alliages, puisque l’anodisation simultanée conduit à la dispersion en épaisseur de couche, en raison d’un comportement différent.
  • DÉFAUTS: rayures, marques, taches, corrosion, soudure... Les revêtements anodiques ne cachent pas les défauts dans la finition.
  • RÉSISTANCE DE CORROSION: on doit éviter tout contact avec des produits corrosifs compris entre PH3 et 9,5.